Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 22:57
 

The Newshour Poetry Series, programme TV de Newshour a consacré trois entretiens àla poésie israélienne.

L'objectif de ces entretiens est ainsi désigné : La poésie isarélienne reflète l'histoire de la nation
 
Les poètes ont joué un rôle majeur pour exprimer les difficultés et les joies de la création d'Israël . Aujourd'hui, la scène de la poésie est plus fracturée, un peu comme la terre elle-même. Trois éminents poètes israéliens réfléchissent à cette situation, Agi Mishol, Eliaz Cohen, Aharon Shabtaï


J'ai trouvé interessant de reproduire ici ces entretiens, le premier est un entretien entre Jeffrey Brown , de The Newshour, et Agi Mishol.
Suivront les deux autres entretiens


 

AGI Mishol, poète israélien: J'ai entendu l'explosion...

Jeffrey Brown: Vous avez pu entendre l'explosion ici, depuis la bande de Gaza?

AGI Mishol: Tout au long de la journée, toute la nuit, oui, je veux dire ...

Jeffrey Brown: Dans une ferme au sud de Tel-Aviv , à à peu près une demi-heure au nord de la bande de Gaza, Agi Mishol et son mari cultivent des pêches et des grenades pour l'exportation vers l'Europe. Alors que l'hiver approchait de sa fin, ici les pêchers commencent à fleurir.

AGI Mishol: Ceci est un petit bébé pêche.

Jeffrey Brown: Mishol est né en 1947, seule enfant de survivants hongrois de l'Holocauste, tout juste un an avant qu'Israël lui-même soit né.

AGI Mishol: Mon histoire personnelle, c' est comme l'histoire d'Israël.

Jeffrey Brown: Qu'est-ce qui est comme? Qu'est-ce que vous donne cette impression ?

AGI Mishol: Cela signifie commencer quelque chose de nouveau , venant de quelque part et commençant quelque chose de nouveau.

Jeffrey Brown: Agi Mishol la poète, l'une des plus connues d'Israël, écrit sur les oies dans sa ferme, sur l'amour, et les petits moments de la vie. Mais il y a toujours en arrière-plan, et parfois de près, le conflit politique, dans lequel elle a vécu toute sa vie.

Un livre de sa poésie traduit en anglais est appelé "Regarde là". La toute première ligne de ce livre, votre livre, traduit en anglais: "Au commencement étaient les mots, après j'ai entendu l'explosion."

AGI Mishol: Je veux dire, chaque fois que quelque chose s'est passé, comme une explosion ou un attentat-suicide, quand on regarde la télévision, quelqu'un dit toujours: «Et puis j'ai entendu l'explosion." Alors, étant le poète, j'ai voulu goûter cette phrase, j'ai du la mettre dans un poème. C'est ainsi qu'elle sentait.

Jeffrey Brown: Gouter?

AGI Mishol: Pour gouter la phrase. Les poètes sont les sismographes de la langue, parce que qu'importe le sujet de la poésie, c'est toujours au sujet du langage, en tout premier lieu.

Jeffrey Brown: Mais il s'agit également des événements autour de vous?

AGI Mishol: Eh bien, bien sûr, ils filtrent dans la poésie, parce que ce sont les matériaux que je respire. C'est tout autour de moi. Je ne me considère pas comme un poète politique, je ne veux même pas être un poète politique. Mais je ne pouvais pas l'éviter. Je ne pouvais pas l'éviter.

Jeffrey Brown: Dans les rues et les plages de Tel-Aviv, aujourd'hui, la vie continue dans une étrange sorte de normalité, et l'on peut presque oublier à la longue, la lutte souvent sanglante dans ce pays. 

D'ailleurs, le jour même où nous avons été à Tel-Aviv, la police a annoncé l'arrestation d'un auteur d'attentat-suicide dans la ville. Depuis plusieurs années, ces attentats sont monnaie courante.

Agi Mishol a lu pour nous le début de son poème sur l'un de ces suicides, impliquant une jeune femme palestinienne du nom de Andaleeb Takatka qui s'est fait sauter elle-même et six autres personnes dans une boulangerie.

AGI Mishol:

Tu as seulement vingt ans et ta première grossesse est une bombe.
Sous ta jupe large tu es enceinte de dynamite
et de copeaux de métal. C'est de cette façon que tu te promènes dans le marché,

ricochant parmi les gens, toi, Andaleeb Takatka.
Quelqu'un a desserré les vis dans ta tête
et tu t'es lancé vers la ville;
même si tu viens de Bethléem,
la Maison du Pain, tu as choisi une boulangerie.
Et là, tu as appuyé sur la gâchette de toi-même,
et avec les pains de Shabbat,
le sésame et les graines de pavot,
tu t'es lancée dans le ciel.


Partager cet article

Repost 0
Published by lachevre - dans ACTUALITES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ecrivains israéliens
  • : Bienvenue sur le site des écrivains israéliens pour les francophones. Ce site a pour but de faire découvrir la littérature israélienne aux francophones et de faire également découvrir une autre facette de la réalité israélienne, autrement qu'à travers du seul conflit israélo-palestinienne. . Vous y découvrirez les écrivains israéliens, leurs livres et mes critiques. Vous n'y découvrirez rien de politique, de polémique, juste mes commentaires et les votres sur cette littérature. Je vous souha
  • Contact

Recherche

Liens