Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 13:35

ALONI Nissim

 

Après avoir participé à la guerre d’Indépendance et étudié à l’Université hébraïque de Jérusalem, Nissim Aloni (1926-1998) passera une année à Paris. Sa rencontre avec le théâtre européen sera une révélation. À son retour, sa fantaisie et la puissance de sa dramaturgie renouvelleront en profondeur la scène théâtrale israélienne, dont il sera l’étoile filante. Il a reçu, entre autres, le Prix Bialik en 1983 et le prestigieux Prix d’Israël pour le théâtre en 1996.

Il n'avait jamais été traduit en France, c'est désormais chose faite avec son roman Le Hibou.

Paru en 1975, ce roman a été publié en France en 2016.

 

Le hibou, Editions Viviane Hamy 2016

Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 18:28

AMIR Aharon

Né le 5 janvier 1923 à Kaunas en Lituanie, décédé le 28 février 2008 à Tzrifin Israël.

Aharon Amir était écrivain , poète et traducteur.

 

En 1933, il s'installe avec sa famille dans le pré état d'Israël et grandit alors à Tel Aviv. Son père Meir Lepic, fut plus tard directeur de la maison d'édition « Am Oved ».

Pendant le mandat britannique, alors qu'il étudie l'arabe et la littérature à l'université hébraïque de Jérusalem, il intègre les mouvements comme l'Irgoun et devient l'un des membres fondateurs du mouvement Canaanite, qui voit l'hébreu ou la culture israélienne plus comme un produit géographique que comme le produit d'une religion.

 

Outre son travail d'écrivain qui l'amena à publier dès 1949 près d'une quinzaine d'ouvrages, poésie et roman. Il se consacra à la traduction en hébreu de grands auteurs tel que Melville, Charles Dickens, Camus, Lewis Caroll, Joseph Conrad, Virginia Woolf, Edgar Allan Poe, Ernest hemingway, Steinbeck, Emily Bronte et O.Henry. Mais aussi des traductions de travaux politiques de Churchill et De Gaulle. Il a ainsi à son actif plus de 300 ouvrages traduits.

 

Il avait fondé un magazine littéraire Keshet qui a été publié pendant dix-huit ans jusqu'en 1976. Ce magazine a été recréé en 1998 sous le titre New Keshet.

 

Aharon Amir s'est vu décerné le prix Tchernichovsky en 1951 pour ses traductions et le prix Israël en 2003. Il était également connu en Israël grâce à une chanson populaire de Meir Ariel citant l'une de ses traductions d'Hemigway 'Islands in the stream'.

 

Il était marié à Bettine, poète et peintre. Il avait trois enfants d'un premier mariage.

Décédé d'un cancer en février 2008, à l'age de 85 ans, il a légué son corps à la science.

Bibliographie

Les soldats du matin, « Ewe-lo' vihvelam-mavet memsalahe », roman traduit de l'hébreu par E. Emilie Zherbruck et A. Antoinette Dilasser, Édition du Seuil, 1961

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 11:03
Erez Biton est né en 1942 à Oran en Algérie dans une famille marocaine.
Il passe d'abord six mois en France dans un camp de transit avant d'émigrer en Israël en 1948, ou il se retrouve dans un camp d'immigrant.
A l'age de 10 ans il perd la vue et sa main gauche dans l'explosion d'une grenade qu'il avait trouvé dans un champ près de chez lui. En 1953, il est envoyé dans une école spécialisée pour aveugles à Jérusalem. Après ses études il obtient un diplôme de travailleur social et de psychologie; il travaillera pendant sept ans à Ashkelon comme travailleur social et psychologue. Il a été l'un des leaders spirituels du combat des juifs orientaux pour leur reconnaissance et est devenu l'avocat de de toutes les victimes séfarades de l'exclusion.

Il a publié de nombreux recueils de poésie qui lui ont valu de non moins nombreux prix, inclus le prix Talpir.Il a également édité une revue littéraire Apirion.
Et a été président de l'association des écrivains hébreux.

Bibliographie
Le Livre de la menthe, Edition Saint-Germain-des-Prés, 1981

Deux poèmes pour découvrir son oeuvre :
 

Poème à la saison de cuisson des navets

Lorsque Ima Ister se rappelait sa fille morte Kméra
Ima Maha se rappelait son fils mort Haron
et toutes les voisines se rappelant les peines de leurs vies
cessaient de mettre le pain au four
de cuire les navets, de filer au fuseau,
Ima Zehera, Ima Seida, Ima Hnina
comme en commandement de fête
s'élevait alors une clameur de pleurs.
Nous, les enfants, nous nous tordions de rire
nous étouffant de rire
ricanant, raillant.
Lorsque Ima Ister se rappelait sa fille morte Kméra
Ima Maha, Ima Zehera, Ima Seida
cessaient le labeur de leurs vies
mettre le pain au four cuire les navets
filer au fuseau
nous les enfants nous étions écrasés de rire
nous tordant de rire
et l'odeur entêtante des navets s'élevait, s'attachant aux
habits
mais parfois, calmés, nous sortions furtivement des pleurs
pour nous rendre dans une cabane
construite par nous-mêmes à la limite du quartier
et nous y fabriquions
des lits pour nous-mêmes des mets pour nous-mêmes
des petites femmes pour nous-mêmes
que nous appelions ma Louisa, ma Yacout, ma Shaba
dans la petite cabane nous construisions d'immenses maisons
et nous y faisions la paix avec nous-mêmes en nous-mêmes.

Avec les enfants

Touche ta jambe de ta main
tu seras avant demain
au quartier de Beni Abid
C'est ce que nous disions nous autres enfants bons coureurs
Aujourd'hui Seido Lehevel le bigleux m'entreprend
et me console d'un compliment :
tu étais le plus rapide du voisinage
et moi je ne lui dis pas qu'on peut voir son strabisme
jusque dans sa voix
certains enfants qui ne me connaissaient pas auparavant
viennent à moi furtivement me glisser dans la main un oiseau
palpitant
et moi je ne m'irrite pas,
un oiseau qui palpite est un coeur vivant
je le renvoie coeur vivant vers le ciel,
mais le plus souvent ils viennent à moi amicalement,
rappelant nos exploits : marcher sur une haie haute et étroite
ou lancer des pierres contre un arbre sans le manquer
certains grands glissent même dans ma main une pièce
quand tu seras grand, me disait maman,
tu seras comme Monsieur Massoud,
jouant du oud réunissant les gens,
les mettant en joie.

Poèmes traduits par Colette Salem


 

 

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 12:44

 Daniella CARMI est née à Tel Aviv et vit aujourd'hui à Jérusalem. Elle a étudié la philosophie à l'université hébraïque de Jérusalem. Elle est à la fois écrivains pour adultes et enfants, et a écrit des scripts pour la télévision. En 2007 elle avait déjà publié cinq livres pour adultes et huit livres pour enfants.
Son livre « Samir et Jonathan » a été primé par l’UNESCO Prix de la littérature de jeunesse au service de la tolérance en 1997, le prix Berlin du meilleur livre pour enfants étranger en 1997, le prix Silver Quill allemand en 1997, le prix WISO en Italie en 2003 parmi d'autres prix. Ses autres livres pour enfants ont également été primés, et dernièrement son livre « A lady hippopotamus on the roof » (Une dame hippopotame sur le toit) a été joué au festival de théâtre pour enfants de Haïfa en 2007. Ses livres ont été traduits dans près de 15 langues.

 

Bibliographie
Ils ont arrêté mon père, Hachette Le livre de poche Jeunesse, 1999
Samir et Jonathan, Hachette Jeunesse, Le livre de poche , 2002
Les gitans partent toujours de nuit, Gallimard, Collection Scripto 2003

 

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 18:51
 BIALIK Haïm Nahman
Le plus grand poète historique d'Israël avec Tchernikhovsky.
Né le 9 janvier 1873 en Ukraine, à Rady, décédé le 4 juillet 1934 à Vienne. Il a grandit dans un milieu religieux, son père tenait un café mais meurt alors que Bialik est encore enfant. Il fut alors élevé chez son grand-père. Il étudie tout d'abord dans la yeshiva (école religieuse) de Volhozyn où il commence à écrire ses premiers poèmes, il ne cessera alors d'écrire de la poésie. Il se tournera ensuite vers le courant moderniste juif de la haskala mais reste emprunt de culture religieuse, à l'inverse de Tchernikhovsky dont la vision d'Israël est plus laïque. Il se marie en 1893 et s'installe à Sosnovitz en 1898 où il commence à enseigner Il s'installe ensuite à Odessa en 1900 où il rejoint de nombreux poètes de langue hébraïque. Il fonde une maison d'édition 'Moria' et publie son premier recueil de poèmes en 1902. En 1903, il se rend à Kishinev, dans le cadre de la commission historique juive, pour auditionner les témoignages sur le pogrom qui eut lieu dans cette ville. En 1904 il passe une année à Varsovie puis revient à Odessa. En 1907; il participe au 8ème congrès sioniste de La Haye et en 1921 au douzième congrès à Calsberg. Il voyage en Israël pour la première fois en 1909, puis quitte la Russie avec d'autres écrivaines en 1921, il s'installe en Israël en 1924. Il promeut la crétion littéraire en hébreu mais également les valeurs du judaïsme. Il a été le traducteur de nombreuses oeuvres étrangères en hébreu. Il a également été à l'origine de diverses maisons d'édition.

En Israël il fut membre et président du comité de la langue hébraïque. Il inventa de nombreux mots en hébreu comme 'bruissement', 'avion' 'exportation', 'action'. Sa poèsie fut publiée en recueil dès 1923 date à laquelle son oeuvre est éditée en 4 volumes à Berlin.

En 1933, son soixantenaire est célébré en Israël et c'est l'occasion d'une nouvelle édition de ses oeuvres. Il fut traduit dans plusieurs langues et reste un poète majeur pour Israël. Un prix décerné par la ville de Tel Aviv, porte son nom et récompense des écrivains. Il est décédé à Vienne où il se trouvait pour subir une intervention chirurgicale.

Bibliographie
HN Bialik Poèmes, nouvelles édition , Organisation sioniste mondiale, département de la jeunesse et du héhalouts , 1967
Légendes, Organisation sioniste mondiale, département de la jeunesse et du héhalouts , 1960
Un voyage lointain, édition Stavit, 2004
Le livre du feu, édition Caractères coll Majeures, 2008

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 18:36
 CASTEL-BLOOM Orly
Orly Castel-Bloom est née en 1960 à Tel-Aviv où elle vit. Elle y étudie le cinéma à l’Université. Comparée à Kafka dans un portait que Le Monde lui a consacré, elle a introduit un changement incontestable dans le paysage littéraire israélien au fil de son œuvre. Elle est considérée comme le chef de file de toute une génération d’écrivains qui, ces vingt dernières années, ont révolutionné la littérature hébraïque contemporaine. Elle a influencé de jeunes écrivains comme Etgar Keret ainsi que toute une génération qui avait le sentiment que la cause publique avait occulté toute place à l’individu et à sa capacité de vivre, d’aimer et de créer. Son roman Dolly City a été adapté pour le théâtre et mis en scène au théâtre Cameri. Lauréate de nombreux prix, elle reçoit le prix français Wiso pour Parcelles Humaines en 2005 et le prix Leah Goldberg en 2007. 

Bibliographie :

Textile, Actes Sud, 2008
Dolly city,Actes Sud, 1993, Babel n° 877, 2008
Parcelles humaines, Actes Sud , 2004
Les radicaux libres, Actes Sud , 2003
La Mina Lisa, Actes Sud , 1998 
Où je suis ?, Actes Sud, 1995

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 18:14
 BARKAI Ron
Né à Jérusalem en 1943, d'une mère née à Bagdad et d'un père originaire du Caire. Sa femme, française et espagnole, occupe la chaire de littérature française à Salamanque, Espagne.
Ron Barkaï est professeur d’histoire médiévale à l’université de Tel-Aviv, spécialiste du moyen age espagnol. Il a écrit des romans et aussi publié des essais sur les relations entre juives musulmanes et chrétiennes dans l’Espagne Médiévale. Comme un film égyptien, est son premier roman. 

Comme un film égyptien, roman, trad. par Laurence Sendrowicz, Fayard, 2007
Les infortunes de Dinah : le livre de la génération, essais, trad. par Jacqueline Barnavi et Michel Garel, Le Cerf, 1991
Chrétiens, musulmans et juifs dans l’Espagne médiévale, de la convergence à l’expulsion, Le Cerf, 1994

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 17:33

 BARBASH Benny

Dramaturge, écrivain et scénariste, Benny Barbash est né à Beer Sheva, capitale du Neguev dans le sud d’Israël en 1951. My first Sony, son premier roman, est paru en Israël en 1994 et connût immédiatement un grand succès. Il fut rapidement traduit en plusieurs langues. Ce roman a été adapté à la télévision  par Benny Barbash et son frère Uri Barbash, réalisateur, en douze épisodes de 50 minutes. Il a réalisé 6 films, dont Beyond the wall, nominé aux Oscars en 1985 dans la catégorie 'Meilleur film étranger'; 5 séries télévisées, 2 pièces de théâtre.
Il a reçu l'oscar Israélien du meilleur scénariste en 1985 et 1989.
Il a reçu au Festival international du film de Jérusalem le prix de meilleur écrivain pour la série TV 'My first Sony'
Il a reçu le prix Wiso en Italie.

Bibliographie
Monsieur Sapiro, Zulma, 2012
Little big Bang, Zulma, 2011

My first sony, Zulma, 2008


 

 

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 22:41
 AVIGUR-ROTEM Gabriela
Gabriela Avigur-Rotem est née à Buenos Aires en Argentine en 1946. Elle émigre en Israël avec ses parents en 1950.
Après des études de littérature anglaise et hébraique, elle enseigne dans un lycée et dirige des ateliers d’écriture dans les universités de Haïfa et Ben Gourion. Tout en étant éditrice aux presses universitaires de Haïfa, Gabriela Avigur-Rotem publie son premier recueil de poèmes en 1980 et son premier roman en 1992. Elle est lauréate de nombreux prix littéraires dont Le prix Wiso en France en 2006 pour son roman Canicule et oiseaux fous paru la même année aux Éditions Actes Sud. Évocation d’un parcours personnel, ce roman est le bilan amer et désabusé d’une vie collective dont les protagonistes sont les survivants de la Shoah, les immigrés des quatre coins du monde, les collectivistes du kibboutz et la jeunesse aux prises avec une identité éclatée et multiple. L’héroïne reconstitue son histoire personnelle et, à travers elle, c’est un demi-siècle de l’histoire d’Israël qui est retracé en filigrane.

Gabriela Avigur-Rotem vit aujourd’hui retirée dans un village de Galilée et consacre sa vie à l’écriture.

Bibliographie
Canicule et oiseaux fous, Actes Sud, 2006

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 22:39
 AMIR Eli

Né à Bagdad en Irak en 1937, Eli Amir émigre avec sa famille en Israël en 1930. Il débute sa carrière comme coursier dans le bureau du Premier ministre, puis grimpe rapidement les échelons jusqu’à devenir conseiller aux affaires arabes du Premier ministre d’alors, Shimon Peres. Spécialiste des problèmes sociaux des nouveaux immigrés, il est nommé directeur général du ministère de l’intégration. Il est aujourd’hui directeur général de la division des jeunes immigrants au sein de l’agence juive.

Eli Amir est célèbre en Israël pour ses conférences, ses articles, ses programmes radiophoniques et télévisés et particulièrement pour son roman à caractère autobiographique, Bouc émissaire, qui peint les difficultés d’intégration d’un jeune juif irakien dans un camp israélien de transit, peu après la création de l’état d’Israël. Dans Yasmine, son premier roman traduit en français, s’entrelacent la politique et l’amour, les difficultés d’intégration des immigrants en Israël, les doutes et les impasses de la société palestinienne et, au-delà des conflits politiques, les passions des protagonistes de cette fresque romanesque. Il établit aussi le constat douloureux de la difficulté à combler le fossé entre deux peuples vivant sur la même terre.

Bibliographie
Yasmine, roman, éd. Maren Sell, 2008

Repost 0
Published by lachevre - dans Auteurs de A-C
commenter cet article

Présentation

  • : Ecrivains israéliens
  • : Bienvenue sur le site des écrivains israéliens pour les francophones. Ce site a pour but de faire découvrir la littérature israélienne aux francophones et de faire également découvrir une autre facette de la réalité israélienne, autrement qu'à travers du seul conflit israélo-palestinienne. . Vous y découvrirez les écrivains israéliens, leurs livres et mes critiques. Vous n'y découvrirez rien de politique, de polémique, juste mes commentaires et les votres sur cette littérature. Je vous souha
  • Contact

Recherche

Liens