Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 13:33

LE HIBOU

Nisim Aloni

Editions Viviane Hamy , 2016

Les légendes courent : un hibou vieux de mille ans rendrait aveugle quiconque ose l’approcher ; le diable fréquente tous les soirs le Café de monsieur Pinto ; la nuit, des hurlements filtrent des murs du fournil de monsieur Sasson… Mais c’est le soldat turc d’Edirne qui hante les esprits : fonce-t-il toujours vers les positions ennemies alors qu’une bombe lui a arraché la tête ? Notre jeune héros y croit dur comme fer… bien plus que ses copains. Dans ce quartier populaire de Tel Aviv, au début des années 40, leurs aventures dans le terrain vague ou le long de la voie ferrée sont bien plus essentielles que la Guerre qui n’est qu’une voix émanant du poste de radio.

« On galopait sur des chevaux blancs au-dessus des abîmes, pour échouer dans les bordels de la rue Allenby, en compagnie des soldats. Salamon racontait que son oncle aveugle l’emmenait à Jaffa tous les samedis. Près d’un couvent chrétien, il y avait des échoppes où l’on vendait des dattes couleur pourpre et des prostituées qui prenaient des bain de soleil, les jambes écartées. »

Ce très beau et court roman permet de découvrir l'un des grands dramaturges israéliens, traduit pour la première fois en France.

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 19:16

Judas

Amos OZ

[Ha besora al-pi yehuda iskariot] Trad. de l'hébreu par Sylvie Cohen

Gallimard - Collection Du monde entier,

Parution : 25-08-2016

 

Le jeune Shmuel Asch désespère de trouver l’argent nécessaire pour financer ses études, lorsqu’il tombe sur une annonce inhabituelle. On cherche un garçon de compagnie pour un homme de soixante-dix ans ; en échange de cinq heures de conversation et de lecture, un petit salaire et le logement sont offerts. 
C’est ainsi que Shmuel s’installe dans la maison de Gershom Wald où il s’adapte rapidement à la vie réglée de cet individu fantasque, avec qui il aura bientôt des discussions enflammées au sujet de la question arabe et surtout des idéaux du sionisme. Mais c’est la rencontre avec Atalia Abravanel qui va tout changer pour Shmuel, tant il est bouleversé par la beauté et le mystère de cette femme un peu plus âgée que lui, qui habite sous le même toit et dont le père était justement l’une des grandes figures du mouvement sioniste. Le jeune homme comprendra bientôt qu’un secret douloureux la lie à Wald... 
Judas est un magnifique roman d’amour dans la Jérusalem divisée de 1959, un grand livre sur les lignes de fracture entre judaïsme et christianisme, une réflexion admirable sur les figures du traître, et assurément un ouvrage essentiel pour comprendre l'histoire d’Israël. Un chef-d’œuvre justement acclamé dans le monde entier.

 

«L’écrivain israélien revient avec un récit intimiste, qui tisse quelques-uns des grands thèmes de son œuvre.»
Nicolas Weill, Le Monde des Livres

«Un roman traversé par le souffle de l’amour et de l’Histoire dans la Jérusalem secrète des années 1950.»
Martine Gozlan, Marianne

«Amos Oz livre une réflexion vibrante sur la trahison. Un roman puissant et audacieux.»
Nathalie Crom, 
Télérama

Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 14:13

Judas

Amos OZ

[Ha besora al-pi yehuda iskariot] Trad. de l'hébreu par Sylvie Cohen

Gallimard - Collection Du monde entier

Parution : 25-08-2016

Le jeune Shmuel Asch désespère de trouver l’argent nécessaire pour financer ses études, lorsqu’il tombe sur une annonce inhabituelle. On cherche un garçon de compagnie pour un homme de soixante-dix ans ; en échange de cinq heures de conversation et de lecture, un petit salaire et le logement sont offerts. 
C’est ainsi que Shmuel s’installe dans la maison de Gershom Wald où il s’adapte rapidement à la vie réglée de cet individu fantasque, avec qui il aura bientôt des discussions enflammées au sujet de la question arabe et surtout des idéaux du sionisme. Mais c’est la rencontre avec Atalia Abravanel qui va tout changer pour Shmuel, tant il est bouleversé par la beauté et le mystère de cette femme un peu plus âgée que lui, qui habite sous le même toit et dont le père était justement l’une des grandes figures du mouvement sioniste. Le jeune homme comprendra bientôt qu’un secret douloureux la lie à Wald... 
Judas est un magnifique roman d’amour dans la Jérusalem divisée de 1959, un grand livre sur les lignes de fracture entre judaïsme et christianisme, une réflexion admirable sur les figures du traître, et assurément un ouvrage essentiel pour comprendre l'histoire d’Israël. Un chef-d’œuvre justement acclamé dans le monde entier.

Critiques:

«L’écrivain israélien revient avec un récit intimiste, qui tisse quelques-uns des grands thèmes de son œuvre.»
Nicolas Weill, Le Monde des Livres

«Un roman traversé par le souffle de l’amour et de l’Histoire dans la Jérusalem secrète des années 1950.»
Martine Gozlan, Marianne

«Amos Oz livre une réflexion vibrante sur la trahison. Un roman puissant et audacieux.»
Nathalie Crom, Télérama

 

Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 18:00

JOURS DE MIEL [Hamikvé ha-a'haron bé-Sibir]

Eshkol NEVO

Trad. de l'hébreu par Jean-Luc Allouche

Editions Gallimard Collection Du monde entier 

Parution : 25-02-2016

 

Quand le riche Américain Jeremiah Mendelstrum décide de faire un legs à la Ville des Justes, en Galilée, afin que la municipalité y édifie un bain rituel à la mémoire de son épouse décédée, il ne sait pas encore que ce don va tout changer pour Anton et Katia, nouveaux immigrants russes dans un quartier excentré de la ville. Ni que les vies de la séduisante professeure de clarinette Yona et de Naïm, un jeune Arabe israélien chargé des travaux, seront bouleversées par ce chantier. Ni que leurs chemins croiseront celui de deux anciens kibboutzniks, Ayélet et Moché, venus dans la Ville des Justes après leur retour à la religion mais dévorés par une passion jamais éteinte. 
Tous se cherchent, se fuient, se retrouvent – parfois – pour mieux se perdre. Car les personnages de ce truculent roman sont tous en quête de l’autre moitié de leur âme. Mais il est aussi question d’espionnage militaire, de miracles, d’ornithologie, de musique et de religion, des premiers chagrins d’amour et des érections perdues, de pérégrinations en Inde ou au Costa Rica, puis de ces jours de miel que la vie nous accorde parfois, «quand deux êtres humains se rencontrent au bon moment et se transforment en un lieu, un lieu authentique, chacun pour l’autre».

 

Lire un extrait

https://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.edenlivres.fr%2Fflipbook%2Fpublications%2F166189.js&oid=3&c=&m=&l=&r=&f=pdf

 

Repost 0
Published by laurence - dans Livres de G-J
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 16:21
Aharon APPELFELD, Points 2005

Avec Histoire d'une vie, Aharon Appelfeld nous livre quelques-unes des clés qui permettent d'accéder à son oeuvre : souvenirs de la petite enfance à Czernowitz, en Bucovine. Portraits de ses parents, des juifs assimilés, et de ses grands-parents, un couple de paysans dont la spiritualité simple le marque à jamais.
Il y a aussi ces scènes brèves, visions arrachées au cauchemar de l'extermination. Puis les années d'errance, l'arrivée en Palestine, et le début de ce qui soutiendra désormais son travail : le silence, la contemplation, l'invention d'une langue. Et le sentiment de l'inachèvement lié au refus obstiné de l'autobiographie, dans son acception la plus courante : histoire d'une vie. Comme si le dévoilement de ce que chacun a de plus intime exigeait une écriture impersonnelle.
Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 21:06
Hanokh LEVIN,   Stock 2006



Histoires sentimentales sur un banc public réunit pour la première fois une sélection de nouvelles d’Hanokh Levin, plus connu en France pour son œuvre théâtrale. Qu’il s’agisse du fossoyeur dont l’auteur s’interroge sur ce qu’il voit lorsqu’il se trouve dans la tombe en plein enterrement, de couples d’amoureux qui cherchent - sans jamais l’obtenir - une satisfaction méritée, d’un homme qui s’amuse à s’introduire chez les gens pour leur voler leur intimité et se sentir petit, Levin sonde les fondements de l’âme humaine. Mais il le fait en regardant par le petit bout de la lorgnette. Mettant en scène des individus embourbés dans leur incapacité à concrétiser leurs aspirations, il suit, dans une prose extrêmement travaillée et précise, les méandres des pensées de ses personnages dont il révèle la petitesse. À la manière d’un Kafka ou d’un Beckett, mais dans une langue incomparable, il montre l’absurdité de nos vies, toujours avec humour, parfois même avec tendresse. Un auteur résolument irrévérencieux et libre. ?

Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 21:38
 Yehoshua KENAZ, Actes Sud 2006


La grande femme des rêves

Au cours d'un été tourmenté, les habitants d'un vieil immeuble de Tel-Aviv vivent l'expérience d'une lente désagrégation - physique et mentale. L'étrange malaise qui affecte d'abord Tsion, le chauffeur de taxi, n'épargne ni le conformiste et très soumis Shmoulik, ni les épouses respectives des deux hommes. Sont également touchés un couple d'immigrants venu d'Allemagne, l'inoffensif célibataire que tout le monde surnomme le "Hongrois", sans oublier Rosa, l'aveugle, qui ne rechigne pas à assouvir ses instincts dans la rue…
C'est Malka, la femme de Shmoulik qui, dans sa stupeur et sa vacuité, va devenir pour eux tous l'incarnation même de la femme des rêves : havre de paix et source de tourments. Fidèle à l'extrême économie et à la retenue qui caractérisent son œuvre, Kenaz explore une nouvelle fois la cruauté des liens qui unissent l'homme à son prochain, cruauté qui n'est autre que celle que chacun s'inflige à lui-même et qui naît de la terreur engendrée par la prise de conscience de la menace que font peser sur tout individu les irréductibles instincts qui habitent tout être humain. Dans "La Grande Femme des rêves", les phantasmes des personnages en viennent à se réaliser, faisant d'autrui leur victime, et entraînant chacun, lentement, vers une fin tragique et inexorable.
Apparenté, de par sa facture et sa structure, à de précédents romans déjà parus en français tels que "Vers les chats" ou "On brûle les placards d'électricité", ce livre où règne une atmosphère qui n'est pas sans rappeler certains romans de Patricia Highsmith et de Simenon - dont l'auteur ne renie pas la proximité - s'affirme comme une nouvelle manifestation du talent d'un écrivain d'une exigence stimulante et exemplaire

Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 21:35
 Yehoshua KENAZ, Stock 10/18 2006

Infiltration

lls s'appellent Micky, Zaki, Double-Zéro, Alon, Miha l'Idiot, Avner, Peretz-crise-de-nerfs. Ils ont dix-huit ans. Ils se passionnent pour la musique, les femmes, la philosophie ou le foot. Ils viennent des beaux quartiers de Jérusalem, des kibboutzim ou des bidonvilles. Rien ne les rapproche et pourtant ils vont vivre ensemble et découvrir leurs rêves et leurs frayeurs les plus intimes, les plus inavoués.
Déshabillés, rasés, rhabillés, ils sont les jeunes recrues de l'armée israélienne. Pendant quelques mois ils vont être formés pour accomplir l'activité la plus ancienne et la plus redoutable du genre humain : la guerre. Commence alors leur insertion rythmée par les ordres, la fatigue, les rituels.
Venus de cultures et d'ethnies, d'univers différents, chacun de ces jeunes réagira à sa manière face à la machine à broyer.
Loin de se vouloir un roman pacifiste "politiquement correct", Infiltration est une œuvre qui montre la façon dont la guerre s'infiltre dans le cœur humain.

Repost 0
Published by lachevre - dans Livres de G-J
commenter cet article

Présentation

  • : Ecrivains israéliens
  • : Bienvenue sur le site des écrivains israéliens pour les francophones. Ce site a pour but de faire découvrir la littérature israélienne aux francophones et de faire également découvrir une autre facette de la réalité israélienne, autrement qu'à travers du seul conflit israélo-palestinienne. . Vous y découvrirez les écrivains israéliens, leurs livres et mes critiques. Vous n'y découvrirez rien de politique, de polémique, juste mes commentaires et les votres sur cette littérature. Je vous souha
  • Contact

Recherche

Liens